• La Coalition

Ontario: L'intérêt grandissant pour le projet de loi 216 sur la littératie alimentaire des élèves


En octobre 2020, le député Daryl Kramp a présenté le projet de Loi 216, la loi sur la littératie alimentaire des élèves, à l'Assemblée législative de l'Ontario. S'il est adopté, ce texte de loi historique rendra obligatoire l'enseignement de la littératie alimentaire à tous les niveaux dans les écoles de l'Ontario.



Quelques jours après sa présentation, le projet de loi a été adopté en première et en deuxième lecture par l'Assemblée législative de l'Ontario et il est maintenant en cours de discussion au sein du Comité permanent de l'Assemblée législative.


Le projet de loi 216 a vu le jour grâce au Conseil de politique alimentaire de Kingston, Frontenac, Lennox & Addington (KFL&A), qui a présenté l'idée à son député local en 2017.

Le Conseil de politique alimentaire de KFL&A a travaillé avec le député Kramp pour rédiger le projet de loi et recueille actuellement l'appui d'organisations et de professionnels de la santé dans la province ainsi que dans tout le pays pour s'assurer que le projet de loi passe avec succès sa troisième et dernière lecture.


  • Nous encourageons nos membres et toute autre personne qui se passionne pour la santé et le bien-être de nos enfants à soutenir le projet de loi par l'intermédiaire du site web du Conseil de la politique alimentaire de KFL&A (vous pouvez y voir les 50 autres organisations et plus qui l'ont soutenu) et à écrire à Daryl Kramp et au Comité permanent de l'Assemblée législative pour soutenir le projet de loi en utilisant le modèle du Conseil de la politique alimentaire de KFL&A ou en prenant pour modèle la lettre de Sustain Ontario.

  • Nous encourageons les décideurs à tous les niveaux à explorer comment les efforts fédéraux pour développer un programme national d'alimentation scolaire pourraient s'aligner sur les efforts provinciaux et territoriaux pour soutenir la littératie alimentaire.

  • Nous encourageons les décideurs provinciaux et territoriaux à explorer comment ce projet de loi pourrait être reproduit dans toutes les provinces et territoires afin que la littératie alimentaire puisse compléter les programmes de repas scolaires partout.


En 2018, une équipe de chercheurs a publié The case for a Canadian national school food program et a partagé qu'une des meilleures pratiques pour les programmes alimentaires scolaires est de travailler à l'intégration dans les cursus scolaires pour incorporer la littératie alimentaire, l'éducation nutritionnelle et les compétences alimentaires afin que les élèves soient impliqués dans les programmes d'alimentation scolaire à travers la culture des aliments sur le terrain, la préparation, la budgétisation, la gestion et d'autres apprentissages pratiques pour favoriser l'apprentissage expérientiel (apprentissage par la pratique). En 2020, Generating Success for Farm to School a présenté l'argument convaincant de la mise en place d'un programme alimentaire scolaire national complété par l'approche De la ferme à l'école (alimentation locale saine, apprentissage pratique et connaissances alimentaires, et liens entre l'école et la communauté) pour soutenir la santé et le bien-être des élèves.


La Coalition pour une saine alimentation scolaire soutient cette approche globale depuis un certain temps. En juin 2018, nous avons été invités à témoigner devant le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes, à propos de l'étude sur le Guide alimentaire canadien. Dans notre présentation et notre soumission, nous avons partagé que «Nos membres constatent également que les repas et les collations peuvent grandement compléter et être complétés par le jardinage, la cuisine, l'apprentissage du système alimentaire et la transformation générale de la culture alimentaire des écoles. Ces approches sont des moyens de mettre en pratique l'accent proposé par le Guide alimentaire sur une approche globale».


Nous avons vu l'intégration des programmes de repas et de l'éducation alimentaire se concrétiser d'un océan à l'autre de diverses manières et dans divers cadres. De nombreux articles provenant de tout le pays peuvent être consultés sur le blogue De la ferme à la cafétéria Canada.


Les recherches et les programmes mis en œuvre montrent une tendance claire : l'éducation alimentaire ne peut que renforcer la santé et le bien-être de nos enfants et serait un complément solide à un programme national d'alimentation scolaire (cela est démontré visuellement dans le diagramme Potentiel des initiatives d'alimentation scolaire).


Bien que la littératie alimentaire soit actuellement considérée comme une question liée à la responsabilité exclusive des gouvernements provinciaux et territoriaux en matière d'éducation, nous savons que l'avancement des initiatives de littératie alimentaire comme le projet de loi 216 de l'Ontario ne fera que renforcer les efforts déployés au Canada pour faire avancer le programme national et universel de saine alimentation scolaire à frais partagés que la Coalition soutient.


Un peu plus sur les origines, la justification et la réception de la loi 216 :

Le projet de loi 216, un projet de loi d'initiative parlementaire de l'Ontario, a été présenté le 19 octobre 2020 et propose que :


«La Loi sur l’éducation est modifiée pour que les programmes-cadres exigent l’établissement de programmes d’études en littératie alimentaire fondée sur l’expérience et en alimentation saine pour chaque année, et ce, de la 1re à la 12e année. Les programmes d’études doivent offrir aux élèves l’occasion de cultiver et de préparer des aliments, et d’acquérir des connaissances sur les aliments locaux. Chaque conseil scolaire est tenu d’offrir un enseignement relatif aux programmes d’études et de fournir une formation et un soutien aux enseignants et aux autres membres de son personnel. Il faut terminer les programmes d’études afin d’obtenir le diplôme d’études secondaires de l’Ontario, le diplôme d’études secondaires ou le diplôme d’études secondaires supérieures.»


Un article paru en novembre 2020 dans le Kingston Whig-Standard explique pourquoi les auteurs du projet de loi sont optimistes quant à son avenir :


«Je pense que c'est très novateur», a déclaré Sarah Keyes, l'une des auteurs originaux du projet de loi, au Whig-Standard. «Si nous parvenons à faire adopter ce projet, nous serons la première province à disposer d'un tel programme de littératie alimentaire. Nous savons que c'est très important ... nous pensons que c'est un élément essentiel pour pouvoir grandir en bonne santé et faire des choix alimentaires sains».


Lire l'article complet ici.


Le député Kramp partage dans le même article qu'il est «encouragé par l'accueil phénoménal que nous avons reçu de tous les horizons politiques, personnels, privés et industriels», y compris des secteurs de la santé, de l'éducation et de l'agriculture.

Sarah Keyes a également discuté du projet de loi lors de l'émission Ontario Morning de la CBC le 16 novembre - écouter ici, à partir de 31:41.


La Coalition est ravie de voir ce fantastique exemple de la manière dont une politique d'alimentation scolaire peut être développée en collaboration entre les organisations communautaires et les décideurs gouvernementaux. Nous sommes impatients d'assister aux prochaines étapes importantes de la mise en œuvre une fois que le projet de loi aura été adopté et de voir comment cette initiative, comme d'autres dans tout le pays, renforcera le mouvement en faveur d'un programme national et universel de saine alimentation scolaire à frais partagés.

0 views0 comments

Coalition pour une saine alimentation scolaire

Au Réseau pour une alimentation durable

3875 St-Urbain, Suite 502
Montreal, QC H2W 1V1

schoolfood@foodsecurecanada.org

Suivez-nous !
  • Facebook - Grey Circle
  • Tumblr - Grey Circle

© 2018 par la Coalition pour une saine alimentation scolaire. La Coalition pour une saine alimentation scolaire est un réseau coordonné par le Réseau pour une alimentation durable.