• La Coalition

Bienfaits des programmes d'alimentation scolaire sur la santé : Un aperçu de la recherche canadienne

Le résumé de recherche suivant a été partagé par Rachel Engler-Stringer, Ph.D., professeure agrégée au Département de santé communautaire et d'épidémiologie de la Faculté de médecine à l’Université de Saskatchewan. Rachel est également l'animatrice du groupe de travail sur l'alimentation scolaire de l'Association canadienne pour les études alimentaires. Elle siège au comité directeur de la Coalition pour une saine alimentation scolaire en tant que représentante académique.


Lorsque la Coalition pour une saine alimentation scolaire communique la nécessité d'un Programme national d'alimentation scolaire, on entend souvent la question « Quelles preuves avez-vous ? » Ce billet de blog présente un bref résumé de la recherche canadienne sur les avantages pour la santé des programmes d'alimentation scolaire.


Les recherches montrent que la qualité de l'alimentation des enfants canadiens, quel que soit leur milieu socio-économique, est médiocre pendant les heures de classe [1].


  • Seule une petite proportion d'enfants canadiens respecte les recommandations du Guide alimentaire canadien 2007 ; la faible consommation de légumes et de fruits est particulièrement préoccupante [2,3].


  • Les familles ont du mal à introduire des aliments sains peu transformés, et ce pour diverses raisons [4-6].


  • La préparation de repas scolaires sains est difficile dans un contexte où les parents travaillent de longues heures [7,8], et les familles ont du mal à adopter des comportements alimentaires sains [8].


  • Les parents peuvent avoir recours à des aliments hautement transformés, pauvres en nutriments essentiels mais riches en sel, sucre et graisse, pour faire face au manque de temps [9].


L'introduction d'aliments sains dans un programme d'alimentation scolaire universel peut donner à tous les enfants de plus grandes possibilités d'apprendre à connaître et à manger des aliments sains de façon à ce qu'ils ne soient pas stigmatisés [12].


  • Le statut socio-économique (SSE) a une incidence sur l'apport alimentaire global [10] et les programmes d'alimentation scolaire peuvent réduire les disparités de consommation de légumes et de fruits entre les enfants des ménages de SSE élevé et ceux des ménages de SSE inférieur [11] et limiter la consommation d'aliments peu nutritifs chez les ménages dont le SSE est élevé [1].


Des études ont démontré que les programmes d'alimentation scolaire ont des effets très divers sur la santé, l'alimentation et le comportement.


  • Des recherches internationales sur les effets des programmes d'alimentation scolaire sur la santé et le comportement alimentaire dans les pays à revenu élevé ont révélé des effets positifs modestes dans l'ensemble, notamment des apports plus élevés en vitamines et une consommation accrue de légumes et de fruits, en particulier chez les jeunes enfants (13-16).


  • Des recherches approfondies menées dans diverses régions du monde, qui comparent la qualité nutritionnelle des aliments consommés à l'école et apportés de la maison à celle des aliments acquis dans le cadre des programmes d'alimentation scolaire, ont montré que les programmes d'alimentation scolaire fournissent une alimentation plus saine dans l'ensemble (quel que soit le statut socioéconomique des enfants participants) [17-24].


  • Les études sur les programmes d'alimentation scolaire et sur les résultats scolaires, l'assiduité, les retards et les taux d'abandon indiquent que les programmes d'alimentation scolaire ont un impact important. L'assiduité et le retard semblent être les plus marqués, mais certaines études ont constaté une amélioration des résultats scolaires grâce à l'introduction de programmes d'alimentation scolaire [25-35].


  • Les programmes d'alimentation scolaire peuvent contribuer à l'enseignement du patrimoine culinaire, des normes sociales en matière d'alimentation et de la durabilité environnementale [36-38].


Notre équipe de l'Université de Saskatchewan, dont les recherches seront bientôt publiées, a comparé les déjeuners dans des écoles urbaines choisies au hasard qui disposent d’un programme de repas, dans des écoles urbaines sans programme de repas et dans des écoles rurales sans programme de repas dans la région de Saskatoon.


  • Un peu plus de la moitié des élèves ont respecté les recommandations concernant les produits céréaliers, la viande et les substituts, moins d'un tiers ont respecté les recommandations concernant les légumes et les fruits, moins d'un quart ont respecté les recommandations concernant les céréales complètes, et encore moins ont respecté les recommandations concernant le lait et les substituts.


  • Les scores globaux de qualité de l'alimentation des élèves des programmes de repas étaient plus élevés parce qu'ils incluaient des céréales complètes, respectaient les recommandations en matière de viande et de substituts et consommaient moins d'aliments à valeur nutritive minimale.


  • Les enfants ne participant pas aux programmes de repas ont apporté environ le tiers des calories sous forme d'aliments à valeur nutritive minimale, soit environ le double des déjeuners des étudiants participant aux programmes de repas.


Notre équipe vient également de terminer la collecte de données sur une enquête sur les attitudes et les préférences en matière de programmes d'alimentation scolaire de plus de 500 personnes s'occupant d'enfants. Ces données seront analysées au début de l'année 2020 et les résultats préliminaires devraient être disponibles bientôt !



Bibliographie :

[1] Tugault-Lafleur CN, Black JL, Barr SI. Examining school-day dietary intakes among Canadian children. Applied Physiology, Nutrition and Metabolism. 2017;00:1-9.

[2] Black JL, Billette JM. Do Canadians meet Canada's Food Guide's recommendations for fruits and vegetables? Appl Physiol Nutr Metab. 2013;38(3):234-242.

[3] Santé Canada. Les enfants Canadiens comblent-ils leur besoins en nutriments uniquement grâce à l'alimentation? Dans : Santé Canada, ed. Ottawa : Gouvernement du Canada ; 2012.

[4] Engler-Stringer R. The Domestic Foodscapes of Young Low-Income Women in Montreal: Cooking in the Context of An Increasingly Processed Food Supply. Health Education and Behavior. 2009;37(2):211-226.

[5] Daniel C. Economic constraints on taste formation and the true cost of healthy eating. Soc Sci Med. 2016;148:34-41.

[6] Slater J, Sevenhuysen G, Edginton B, O'Neilz J. 'Trying to make it all come together': structuration and employed mothers' experience of family food provisioning in Canada. Health Promotion International. 2012;27(3):405-415.

[7] Griggs TL, Casper WJ, Eby LT. Work, family and community support as predictors of work–family conflict: A study of low-income workers. Journal of Vocational Behavior. 2013;82(1):59-68.

[8] Bauer KW, Hearst MO, Escoto K, Berge JM, Neumark-Sztainer D. Parental employment and work-family stress: Associations with family food environments. Social Science & Medicine. 2012;75(3):496-504.

[9] Slater J, Sevenhuysen G, Edginton B, O'Neil J. 'Trying to make it all come together': structuration and employed mothers' experience of family food provisioning in Canada. Health Promot Int. 2012;27(3):405-415.

[10] Ahmadi N, Black JL, Velazquez CE, Chapman GE, Veenstra G. Associations between socio-economic status and school-day dietary intake in a sample of grade 5–8 students in Vancouver, Canada. Public Health Nutrition. 2014;18(5):764-773.

[11] Longacre MR, Drake KM, Titus LJ, et al. School food reduces household income disparities in adolescents' frequency of fruit and vegetable intake. Preventive Medicine. 2014;69(December):202-207.

[12] McIsaac JD, Read K, Williams PL, Raine KD, Veugelers PJ, Kirk SFL. Reproducing or Reducing Inequity? Considerations for School Food Programs. (1486-3847 (Print)).

[13] Kristjansson EA, Robinson V, Petticrew M, et al. School feeding for improving the physical and psychosocial health of disadvantaged elementary school children. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2007(1):CD004676.

[14] Van Cauwenberghe E, Maes L, Spittaels H, et al. Effectiveness of school-based interventions in Europe to promote healthy nutrition in children and adolescents: systematic review of published and 'grey' literature. Br J Nutr. 2010;103(6):781-797.

[15] Joshi A, Azuma, A.M., Feenstra, G. Do farm-to-school programs make a difference? findings and future research needs. In. Journal of Hunger and Environmental Nutrition. Vol 32008.

[16] Bontrager Yoder AB, Liebhart JL, McCarty DJ, et al. Farm to elementary school programming increases access to fruits and vegetables and increases their consumption among those with low intake. Journal of Nutrition Education and Behavior. 2014;46:341-349.

[17] Evans CE, Cleghorn CL, Greenwood DC, Cade JE. A comparison of British school meals and packed lunches from 1990 to 2007: meta-analysis by lunch type. British Journal of Nutrition. 2010;104(4):474-487.

[18] Caruso ML, Cullen KW. Quality and cost of student lunches brought from home. JAMA Pediatr. 2015;169(1):86-90.

[19] Neilson LJMR, Macaskill LAMR, Luk JMMR, et al. Students' Food Intake from Home-Packed Lunches in the Traditional versus Balanced School Day. Can J Diet Pract Res. 2016:1-8.

[20] Hur I, Terri B-C, Reicks M. Higher quality intake from school lunch meals compared with bagged lunches. ICAN: Infant, Child and Adolescent Nutrition. 2011;3(2):70-75.

[21] Taylor JP, Hernandez KJ, Caiger JM, et al. Nutritional quality of children's school lunches: differences according to food source. Public Health Nutr. 2012;15(12):2259-2264.

[22] Hubbard KL, Must A, Eliasziw M, Folta SC, Goldberg JP. What's in children's backpacks: Foods brought from home. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. 2014;114:1424-1431.

[23] Johnston CA, Moreno JP, El-Mubasher A, Woehler D. School lunches and lunches brought from home: A comparative analysis. Childhood Obesity. 2012;8 (4):364-368.

[24] Stevens L, Nelson, M. The contribution of school meals and packed lunch to food consumption and nutrient intakes in UK primary school children from a low income population. In. Journal of Human Nutrition and Dietetics. Vol 242011.

[25] Meyers AF, Sampson AE, Weitzman M, Rogers BL, Kayne H. School breakfast program and school performance. American Journal of Diseases of Children. 1989;143(10):1234-1239.

[26] Alaimo K, Olson CM, Frongillo EA. Food Insufficiency and American School-Aged Children's Cognitive, Academic, and Psychosocial Development. Pediatrics. 2001;108(1):44.

[27] Symons CW, Cinelli B, James TC, Groff P. Bridging Student Health Risks and Academic Achievement Through Comprehensive School Health Programs. Journal of School Health. 1997;67(6):220-227.

[28] Weitzman M, Klerman LV, Lamb G, Menary J, Alpert JJ. School absence: a problem for the pediatrician. Pediatrics. 1982;69(6):739-746.

[29] Pollitt E, Gersovitz M, Gargiulo M. Educational benefits of the United States school feeding program: a critical review of the literature. American journal of public health. 1978;68(5):477-481.

[30] Florence MD, Asbridge M, Veugelers PJ. Diet Quality and Academic Performance*. Journal of School Health. 2008;78(4):209-215.

[31] Murphy J, Pagano ME, Nachmani J, Sperling P, Kane S, Kleinman RE. The relationship of school breakfast to psychosocial and academic functioning: Cross-sectional and longitudinal observations in an inner-city school sample. Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine. 1998;152(9):899-907.

[32] Hollar D, Lombardo M, Lopez-Mitnik G, et al. Effective Multi-level, Multi-sector, School-based Obesity Prevention Programming Improves Weight, Blood Pressure, and Academic Performance, Especially among Low-Income, Minority Children. Journal of Health Care for the Poor and Underserved. 2010;21(2):93-108.

[33] Kleinman RE, Hall S, Green H, et al. Diet, Breakfast, and Academic Performance in Children. Annals of Nutrition and Metabolism. 2002;46(suppl 1)(Suppl. 1):24-30.

[34] Turner L, Chaloupka FJ. Continued Promise of School Breakfast Programs for Improving Academic Outcomes. JAMA Pediatrics. 2015;169(1):13-14.

[35] Anderson ML, Gallagher J, Ritchie ER. School Lunch Quality and Academic Performance. National Bureau of Economic Research Working Paper Series. 2017;No. 23218.

[36] Larson N, Story M. A Review of Environmental Influences on Food Choices. Annals of Behavioral Medicine. 2009;38(1):56-73.

[37] Oostindjer M, Aschemann-Witzel J, Wang Q, et al. Are School Meals a Viable and Sustainable Tool to Improve the Healthiness and Sustainability of Children's Diet and Food Consumption? A Cross-national Comparative Perspective. Crit Rev Food Sci Nutr. 2016:0.

[38] Moffat T, Thrasher D. School meal programs and their potential to operate as school-based obesity prevention and nutrition interventions: case studies from France and Japan. Critical Public Health. 2014;26(2):133-146.



Coalition pour une saine alimentation scolaire

Au Réseau pour une alimentation durable

3875 St-Urbain, Suite 502
Montreal, QC H2W 1V1

schoolfood@foodsecurecanada.org

Suivez-nous !
  • Facebook - Grey Circle
  • Tumblr - Grey Circle

© 2018 par la Coalition pour une saine alimentation scolaire. La Coalition pour une saine alimentation scolaire est un réseau coordonné par le Réseau pour une alimentation durable.